Home / Reglementation / La réglementation acoustique dans le neuf

La réglementation acoustique dans le neuf

Les bruits et les sons sont des sources de stress dans une habitation. Ils réduisent le confort, altèrent la santé et réduisent considérablement la capacité productive de chaque être humain. Pour limiter ces différents dommages, la Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA) a été mise en place. La NRA est le texte qui définit  les normes en matière de confort acoustique pour toutes les habitations qui ont obtenu leur permis de construire après 1996. Ce texte définit les règles à appliquer en matière de confort acoustique vis-à-vis des tiers. Il s’applique aux constructions neuves et aux extensions de bâtiments.

Les paramètres pris en compte selon le type d’habitation

Les règles diffèrent selon le type d’habitation concerné. Pour une maison individuelle, la réglementation ne considère que l’isolation par rapport aux bruits extérieurs, notamment ceux engendrés par le trafic routier, ferroviaire ou aérien. Elle n’exige donc pas l’isolation d’une chambre de la maison par rapport à une autre mais il appartient au constructeur de prendre en considération le confort acoustique des occupants.

En ce qui concerne les maisons individuelles jumelées, groupées ou mitoyennes, elles doivent satisfaire les normes concernant l’isolation par rapport aux bruits aériens extérieurs. Elles doivent aussi prévoir l’isolement contre les bruits qui peuvent se transmettre entre les logements. Il peut s’agir de bruits aériens provenant du contact de l’air avec les façades ou les murs de séparation ou encore de bruits d’impact. Ces maisons groupées sont donc soumises aux mêmes règles que les logements collectifs.

Les logements collectifs sont aussi soumis à ces mêmes exigences puisqu’il faut les isoler contre les bruits extérieurs générés par l’environnement immédiat. Les constructeurs ont également l’obligation de prévoir l’isolement des logements contre les bruits engendrés par le trafic dans les parties communes, notamment les couloirs, les escaliers et le hall.

Les exigences minimales

La principale différence entre cette nouvelle réglementation acoustique et les textes précédents est qu’elle impose une valeur minimale d’isolement de 30 dB au niveau des façades pour assurer le confort des occupants par rapport aux bruits extérieurs. Cette valeur minimale d’isolement peut toutefois monter jusqu’à 45 dB en fonction du niveau sonore de l’environnement. Ainsi, chaque habitation est classée de BR1 à BR5 en fonction de son degré d’exposition aux bruits causés par les infrastructures :

  • Catégorie 1 : valeur minimale d’isolement de 45dB pour un niveau sonore environnant de plus de 81dB.
  • Catégorie 2 : valeur minimale d’isolement de 42dB pour un niveau sonore de 76dB à 81dB dans l’environnement immédiat.
  • Catégorie 3 : valeur minimale d’isolement de 38dB pour un niveau sonore compris entre 70dB et 76dB à l’extérieur.
  • Catégorie 4 : valeur minimale d’isolement de 35dB pour un niveau sonore situé entre 65dB et 70dB.
  • Catégorie 5 : valeur minimale d’isolement de 30dB pour un niveau sonore environnant entre 60dB et 65dB.

Les rues, les routes, les voies de chemin de fer et les lignes de transport en commun sont alors évaluées en fonction de leur fréquentation au quotidien. Les infrastructures qui sont au stade de projet sont aussi prises en compte. Il appartient au préfet de définir par arrêté le classement sonore de chaque infrastructure.

Il est à remarquer que l’isolement au bruit est mesuré in situ c’est-à-dire une fois que la construction du logement est terminée. Il ne doit donc pas être confondu avec les performances acoustiques annoncées par les fabricants à l’issue de leurs tests en laboratoire.

Scroll To Top