Home / Type d'isolation / Isolation des murs contre les bruits aériens

Isolation des murs contre les bruits aériens

À l’intérieur d’un bâtiment, les nuisances sonores sont diverses : voisins bruyants, trafic routier ou aérien, voie ferrée, etc. Le bruit profite des moindres interstices pour se faufiler partout. Pour se protéger efficacement des bruits aériens, il faut penser à isoler la bâtisse dans son ensemble : les planchers, les murs, les conduits de cheminée, les ouvertures (portes et fenêtres). En ce qui concerne les murs, divers techniques sont possibles pour les isoler : la réalisation d’un mur lourd, d’un mur léger ou d’un mur antibruit.

Murs lourds

Conformément à la loi de masse, on obtient une meilleure isolation acoustique si on augmente la masse surfacique des murs, c’est-à-dire en les rendant plus lourds.

Sous l’action des ondes sonores incidentes, la paroi se met à vibrer. Animée par cette vibration, elle transmet l’énergie sonore à l’air des locaux adjacents et devient à son tour une source sonore. La quantité d’énergie transmise sera plus faible si la paroi est lourde, autrement dit une grande masse surfacique confère à la structure un indice d’affaiblissement acoustique plus élevé.

Pour satisfaire une performance acoustique suffisante, les murs doivent être doublés, voire triplés d’épaisseur. Pour gagner une isolation de 6 dB supplémentaires par exemple, il faudrait un mur deux fois plus épais. Cette méthode s’avère donc moins pratique puisqu’il est impossible d’augmenter l’épaisseur des parois indéfiniment, cela alourdirait la construction et occasionnera des dépenses financières importantes.

Il faut noter que la structure doit être parfaitement homogène et étanche à l’air pour répondre à la loi de masse.

Murs légers

Lorsqu’on recherche des performances acoustiques plus élevées, la mise en pratique de la loi de masse-report-masse s’avère plus intéressante. Dans cette option, on utilisera deux parois séparées par une lame d’air ou un matériau absorbant. Le principe de fonctionnement est simple : le son heurte la première paroi et la fait vibrer, le matériau souple entre les deux couches capte les vibrations et fonctionne comme un amortisseur. Le son, très affaibli, traverse alors la seconde paroi.  

L’efficacité augmente au fur et à mesure que la masse des plaques et la distance entre eux augmentent. Ici, c’est l’épaisseur qui compte et non la densité des parois.

Murs anti-bruits

Les murs anti-bruits ou écrans acoustiques sont des structures solides placées le long des infrastructures qui côtoient les voies ferrées, les autoroutes, les sites industriels ou les trafics aéroportuaires.

Ces murs, généralement en béton, ont pour principe de bloquer et de réfléchir les bruits routiers. Outre leurs coûts élevés et leur manque d’élégance, les murs anti-bruits sont très incommodants pour les voisins de l’immeuble (utilisateurs des voies, les habitations en face du mur anti-bruits), car renvoient les bruits vers les façades opposées.

Scroll To Top